Réflexion sur le néoromantisme

Le néoromantisme est un mouvement artistique (littérature, peinture, musique…) après romantisme né à la fin du XIXe siècle en réaction au naturalisme et au modernisme et cherchant à mettre l’accent sur les sentiments et la vie intérieure.1

 

En une phrase, la définition du néoromantisme prend place. Le romantisme lors de son essor était déjà une réaction en soi. Mais la recherche intrinsèque de contradiction d’une époque à l’autre est assez remarquable. Si dans le XIXème Siècle le romantisme prônait la sensibilité poétique propre à l’époque médiévale en opposition à l’autre grand courant qui lui cherchait à un second retour aux formes  artistiques de l’antiquité, ce romantisme nouveau s’inscrit lui dans une redécouverte de la sensibilité des individus.

William Turner "L'abbaye Tintern" 1820
William Turner « L’abbaye Tintern » 1820.  Exaltation de la ruine mais surtout nostalgie de l’époque médiévale par le peintre du mouvement romantique anglais.
Christoffer Wilhelm Eckersberg (1783-1853), Vue des arcades du Colisée, 1815.
Christoffer Wilhelm Eckersberg , Vue des arcades du Colisée, 1815. Le Néoclassicisme à l’oeuvre mettant en exergue l’héritage intellectuel et architectonique de l’antiquité.

Pressés par une société hyper-consumériste, choyés par la culture de l’instantané où l’on oublie de prendre du recul, les générations actuelles (des plus jeunes aux plus âgées) sont entraînés dans une marche en avant permanente. L’introspection, la lecture de soi, en soi sont devenus tout simplement des pratiques à mettre en place, dans le cadre de ce qui recouvre le développement personnel. L’artiste peintre est dans la revendication de soi et ne peut se résoudre … : cela passe par la poésie, la contemplation, la méditation pour se recentrer et retrouver sa place, tout simplement. La revendication du sentiment individuelle devient le fer de lance de la vision à partager sur le monde. La pratique artistique est en cela une marche à contre courant du mouvement impulsé par le rythme de nos modes de vie en tant que tel, mais également de certaines formes modernes artistiques telle que ..(citation artistes, tableaux, exemple) dont le geste et l’intention sont souvent également lié à un instant fugace, « une force du moment sur le moment » et non le fruit d’une réalisation plus réflexive et laborieuse.

En ce sens, l’intention doit être nourrie. Il ne s’agit plus simplement d’élaborer un tableau pendant des heures – donc ce n’est pas tant uniquement le temps de réalisation qui prévaut dans la peinture néoromantique – en imitant l’impressionniste, patient, mais délivrant finalement une sensation à une instant donné d’une scène ou d’une lieu donnés, mais de puiser réellement dans les tréfonds de sa sensinbilité pour y adjoindre un état d’âme, qui déshabille davantage. La déconnexion se fait alors également avec le Réalisme, puisque le message pictural intègre la dimension sensible de l’artiste de façon ostensible. Edward Hopper qui met en avant la patience, l’ennui l’incommunicabilité propose un vocabulaire plastique déjà plus revendicatif que l’impressionniste. Pour autant, « la mise à nu » de l’artiste américain est plus subtile, diluée, et de fait plus difficilement perceptible. L’artiste peintre néoromantique prend le risque supplémentaire d’injecter des éléments visibles de ses peurs intérieurs, de ses sentiments intimes, de sa vulnérabilité dans le monde : la revendication est donc autant extérieure qu’intérieur.

 

X.C. 2018

 

  1. Synthèse proposée sur Wikipédia pour définir ce mouvement.
Interactions avec les réseaux sociaux.
Pour partager ce site présentant mes peintures !